Dossier - L'EDM, c'est quoi ?

L’edm, c’est très compliqué. Considérez que EDM c’est le grand père, Genre c’est les fils et filles, Sous-genre c’est les petits fils. Cet article est une ébauche. On est parti pour une année d’EDM !

EDM, c’est pour Electronic Danse Music. L’EDM n’est pas un genre musicale, c’est un tout. L’EDM regroupe :
23 genres ( exemple : House ) / 150 sous genres ( exemple : Future House ) / 24 sous-sous genres / 3 sous-sous-sous genres. (Répertoriés officiellement à ce jour)

Si on s’attarde au côté historique, l’EDM serait né dans les années 70. J’ai bien écrit « SERAIT ». 

L’Histoire de l’EDM reste encore compliquée à ce jour. Les sources ne sont pas d’accord entre elles, alors je m’y attarderai plus tard.

Pour ce premier épisode sur l’EDM, on va commencer en douceur avec de petites bases.

Alors enfilez votre casque, on drop ça!

C'est quoi les BPM ?

Le BPM, c’est Battement par minutes. Le tempo en une minute. ( ou battements cardiaque par minutes ! ). Un rythme !

Exemple général, le Hardstyle :

150 BPM.
Une minute = 60 secondes.
Donc le rythme est approximativement de 2.5 / secondes. ( 150 / 60 ). Donc 2.5, c’est le battement par secondes. Il y a 2.5 battements par secondes

Pour le solfège, voici ce que ça pourrait donner : 

Largo : 40-60 BPM

Larghetto : 60-66 BPM

Adagio : 66-76 BPM

Andante : 76-108 BPM

Moderato : 108-120 BPM

Allegro : 120-168 BPM

Presto :168-200 BPM

Prestissimo : 200+ BPM

Actuellement, la speedcore ( sous-genre de la techno hardcore ) a le bpm le plus élevé. Petit exemple ici ( et non, ce n’est pas votre casque qui est défectueux ) : Diabarha – Uranoid

L’EDM c’est un condensé de tout ces BPM. Le Hip Hop est dans les 80 bpm, pourtant il n’est pas considéré comme de l’EDM. Pareil pour une suite de Bach. Mais alors, qu’est-ce qui caractérise l’EDM ?



L'EDM, niveau précision ?

L’EDM, c’est pour Electronic Dance Music. Du made in Electronique, au final. Et c’est quand il faut préciser que ça devient déjà compliqué. 

Ce qu’il faut savoir, c’est que même n’importe quel artiste peut user de l’EDM au terme très large ( « made in producteurs électroniques »). 

De manière générale, l’EDM se focalise sur les drops, les breakdowns, les kicks … Bref, sur l’électronique
Tandis que le rap lui se concentre davantage sur le texte, la voix. Le chanteur est mis en valeur au profit de la mélodie électronique. 
Attention : Etre au second plan ne veut pas dire inutile, loin de là. Le second plan est indispensable pour certaines oeuvres. 

À l’inverse, pour les sons EDM contenant des voix, le système reste le même : l’électronique est en tête d’affiche, tandis que la voix est secondaire.

Quel est la structure type ?

Avant de parler de structure, on va parler de quelques éléments. La liste est beaucoup plus longue, mais ces éléments sont fréquemment utilisés en EDM tout confondu. Exemple avec Jammu – KSHMR

Intro : C’est le début d’une oeuvre. Elle n’est pas obligatoire. Dans l’EDM, il est préférable qu’elle soit courte, juste assez pour se mouiller la nuque. Cependant elle peut être longue lorsqu’il peut s’agir d’un original mix.

Lead : C’est la mélodie générale, celle qui sert de base à votre création. Celle-ci peut se trouver directement dans l’intro et revenir de manière récurrente.

Breakdown : Cette partie est la première partie de votre oeuvre. Considérez le comme un couplet dans une musique chantée.

Build up : Il amène au Chorus. Cette partie est entre le Verse et le Chorus. Comme son nom l’indique, ça se construit.

Bridge ( non lyric ) : C’est le pont. Souvent associer au Riser, un bridge est composé d’une monté de la tonalité. Il permet de préparer un Drop puissant.

Solo : Bon pas très compliqué, un Solo c’est ce que vous pouvez placer n’importe où. Cela peut donner un effet assez génial et inattendu. Votre lead sans beat.

Riser : Souvent associé au Bridge, le riser amène au break. Vous savez, les percussions qui s’emballent … Break, Drop, Chorus.

Break : C’est une sorte de pause, de très courte durée, souvent puissante. Elle se situe entre le Riser et le Drop.

Drop : C’est la partie où tout se libère, laissant place au Chorus.

Chorus : le coeur. Aussi appelé Hook. C’est cette partie qui doit être retenue par l’auditeur. Le chorus c’est le refrain en fin de compte. 

Outro : Un atterrissage en douceur pour clore votre oeuvre. 

La structure en EDM n’est que théorique. Les artistes prennent beaucoup de liberté. Mais si l’on reste général, voici ce que ça pourrait donner :

1) ABAB ( Animals – Martin Garrix )

A – Intro, breakdown, build up, Bridge et Riser
B – Drop et Chorus

2) ABCB ( Derezzed – Avicii Remix )

A – Intro, breakdown, build up, Bridge et Riser
B – Drop et Chorus
C – Variation de l’intro, du breakdown, ou même une nouvelle section.

Et pour les sons EDM avec voix ?

Quand l’EDM se mélange avec des voix, cela peut changer la donne. On a vu que la structure générale n’était que théorique. Quand des lyrics s’y ajoutent, ça devient encore plus compliqué.
Structure de l’électronique + structure de la voix = Ils se différencient mais ne font qu’un.
Un Chorus électronique peut être placé sous un Verse lyric. Et inversement.  

Dans ces cas-là, il est encore très difficile de donner une structure générale. 
La voix dans l’EDM, elle ajoute un ingrédient à l’oeuvre. L’ingrédient peut être inutile, comme indispensable. Cela dépend du choix de l’artiste.

Construire l’oeuvre autour de l’électronique, ou construire l’oeuvre autour de la voix. Petite technique pour savoir sur quoi repose la musique – Si tu retires les lyrics, et que la musique « manque de mélodie », alors elle a été construite sur la voix. Et vis versa. Ce qui ne met pas l’électronique au second plan quand il s’agit d’EDM. 

Deux exemples : 

(construit sur la voix)

Wake me When It’s Quiet – Don Diablo & Hilda

(construit SANS la voix)

Daylight – Yves V & Dimitri Vangelis & Wyman 

Et c’est là que la magie de l’EDM prend vie. Les voix peuvent être indispensable, comme ne pas l’être du tout. Ce qu’il faut comprendre, c’est que l’électronique sera toujours maître de l’oeuvre. Elle sera toujours en premier plan, jamais en second. Si des lyrics sont ajoutés, ce ne peut être que la cerise sur le gâteau. Et la cerise sera majoritairement de bonne qualité.

Comment ne pas confondre les genres edm ?

Les indices : 
Le BPM utilisé.
Les sons utilisés. ( Ecoute du Don Diablo, puis du Lost Frequencies. )

Il n’y a pas de sciences exacts, les artistes peuvent piquer des bouts d’un genre pour un autre genre. Le BPM et les Sons sont les indices majeurs.

Exemple concret : La Tropical House est généralement située entre 98 et 108 BPM.

Kygo est reconnu pour être un cador de ce sous-genre. La majeure partie de ses sons respectent la « norme » de ce BPM. 

ProblèmeBorn To Be Yours = 114 BPM.
Nouveau problème = featuring avec Imagine Dragons. Donc du Rock et de la Tropical

Comment classer cette musique ? Mystère. On dit donc grossièrement que c’est de la Dance.

Le sujet de l’EDM est TRES compliqué et les chapitres s’étaleront sur une grosse année. Je ne pourrai pas parler de tous les genres. Cet article n’est que le premier chapitre, de manière vulgarisé. Il sera de plus en plus spécialisé en fonction des différents chapitres.

KygoOnStageCoeur

Laisser un commentaire

ganacci tomorrowland2018

Salvatore Ganacci, qui est-ce

Salvatore Ganacci est autant critiqué que adoré sur internet. Devenu une véritable icône des festivals, parlons du phénomène Ganacci. Qui est-il ?

Lire plus »
Fermer le menu